19/05/2015

Toute la lumière que nous ne pouvons voir, d’Anthony Doerr

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Anthony Doerr




Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l'existence : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.
En entrecroisant avec une maîtrise éblouissante le destin de ces deux personnages, ennemis malgré eux, dans le décor crépusculaire d'une ville pilonnée par les bombes, Anthony Doerr dessine une fresque d'une beauté envoûtante. Bien plus qu'un roman sur la guerre, Toute la lumière que nous ne pouvons voir est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront parvenir à détruire la beauté du monde.



Un livre dont j'étais très impatiente de faire la connaissance ! Toute la lumière que nous ne pouvons voir a reçu le prix Pulitzer de la fiction en 2015.
1934, à Paris. Marie-Laure LeBlanc est une petite fille de 6 ans, devenu aveugle à cause d'une cataracte. Son père travaille comme serrurier au Muséum National d'Histoire naturelle. Ces deux-là ont une relation très proche et fusionnelle : grâce à lui, elle est devenue indépendant, elle a appris à se repérer, elle a appris à lire en braille... Une petite fille vraiment très courageuse !
Dans le même temps, en Allemagne, Werner Pfennig a 8 ans et habite dans un orphelinat avec sa petite sœur Jutta. Werner est un jeune garçon très intelligent : lorsqu'il découvre une radio cassé, il va la réparer. Bientôt, ce sont tous ses voisins qui vont lui demander de réparer leur machine défectueuse.
1940. Tout change pour nos deux protagonistes. Les Allemands ont envahi Paris, obligeant Marie-Laure et son père à se réfugier chez un grand-oncle, Etienne, habitant à Saint-Malo. La guerre, et un diamant bleu appelé Sea of Flame, va finir par déchirer leur relation. Avec Etienne, Marie-Laure va se lancer dans la Résistance, à ses risques et périls. De son côté, Werner souhaite plus que jamais devenir ingénieur. Mais ses compétences se retournent contre lui lorsqu'il est envoyé sur le front Est et chargé de trianguler la position des rebelles grâce aux radios...
Toute la lumière que nous ne pouvons voir m'attirait énormément : c'est d'abord la couverture qui m'a tapé dans l'œil, puis le résumé. La guerre, et une intrigue se passant à Saint-Malo ? Il ne m'en fallait pas plus pour sortir ce livre de ma PAL Salon du Livre ! Le bilan de cette lecture ? J'ai été conquise ! Le destin de ces deux adolescent, l'une aveugle et dans la résistance, et l'autre orphelin enrôlé dans la Wehrmacht, ne peut qu'émouvoir. Ce sont deux personnes différentes, élevés différemment, et qui pourtant se ressemble. Ils se posent les mêmes questions, ont la même sensibilité. L'alternance entre les deux personnages est vraiment très bien faite. Souvent, lors de mes lectures utilisant ce procédé, il y avait toujours un personnage que j'aimais plus que l'autre, un que j'étais plus impatiente de retrouver... Pas ici ! Les deux m'ont émus, plus, et j'attendais avec impatience l'occasion de les retrouver.
Pour ce qui est de l'ambiance, Anthony Doerr a une très belle plume. On s'y croirait ! Rien que la description du Muséum National d'Histoire naturelle donne envie de s'y balader. Mais c'est surtout Saint-Malo qui m'a captivée. Pour l'avoir visité une fois et avoir eu un gros coup de cœur pour cette ville, j'ai pu y déambuler de nouveau grâce à cette histoire, et avoir des images de ma visite de la ville pendant toute ma lecture. Et maintenant, je n'aurais plus qu'une envie, c'est de retourner à Saint-Malo !
Toute la lumière que nous ne pouvons voir nous montre également un monde où la technologie devient un des points forts, notamment grâce au rôle de la radio. En bon ou en mauvais, elle a vraiment changé la vie des habitants durant la Guerre, que ce soit grâce à un programme de musique ou parce qu'elle servait à déterminer la position des résistants. Et la radio va même à aller jusqu'à influencer l'écriture d'Anthony Doerr, grâce à des chapitres courts et percutants, et un style vraiment unique et tout en délicatesse. Il y a aussi un peu de Saint-Malo dans ce style : des phrases concises, mais avec un souffle poétique très présent, il y a un peu de la magie de cette ville dans ce roman !
Si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à vous précipiter sur Toute la lumière que nous ne pouvons voir, c'est vraiment une très belle histoire, et un livre plus qu'excellent !



Logo Livraddict

16 commentaires:

  1. J'ai été voir beaucoup d'exposition sur la libération de Paris donc pourquoi pas? Cela peut être une lecture sympa. :)
    Merci pour ton avis. :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette découverte. Je ne connaissais pas mais ça m'a l'air intéressant.

    RépondreSupprimer
  3. OOOOOOh il est dans ma pal (en anglais) et il me tarde tellement tellement tellement (x1000) de le lire! Et encore plus maintenant, tu en parles si bien!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas mais l'histoire a l'air vraiment super bien faite dis donc !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment très bien faite, j'ai été transportée !

      Supprimer
  5. J'ai vu l'auteur il y a quelques jours dans l'émission "La grande librairie" et il m'a donné très envie de lire son roman ! Un américain qui parle si bien de St Malo ça vaut le détour ^^ Et puis Prix Pulitzer quoi !!! Merci pour ta belle chronique qui en remet un couche, je vais courir me le procurer :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah j'espère qu'après tout ça tu ne sera pas déçue ;) ! J'ai hâte d'avoir ton avis !

      Supprimer
  6. Ohhhh tu me donnes vraiment envie de le lire, merci beaucoup pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  7. Depuis qu'il en on parler dans la grande librairie à la télé j'ai terriblement envie de le lire mais alors maintenant encore plus !!

    RépondreSupprimer
  8. Bon, je le veux... Voilà, j'ai gagné ma journée... Rappelle-moi pourquoi je dois faire attention niveau "tentations"? Ah oui, les Dieux... Tu ne diras rien alors? lol

    RépondreSupprimer
  9. Ta chronique est superbe également! On a le même avis sur ce roman, une merveille!!

    RépondreSupprimer
  10. J'ai quelques réticences, car j'ai déjà lu un livre de cet auteur et je n'avais pas trop apprécié...Ceci dit la quatrième de couverture me tente bien et ta chronique est très élogieuse :)

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !