17/09/2015

Le Ruban, de Ito Ogawa

Le Ruban

Ito Ogawa


Hibari vit avec sa grand-mère Sumire, une passionnée d'oiseaux. Un jour, Sumire trouve un œuf tombé du nid, le met à couver dans son chignon, et donne à l'oiseau qui éclôt le nom de Ruban. Un jour, l'oiseau s'enfuit de sa cage. Volant d'une personne à l'autre, il apporte consolation et joie de vivre partout où il passe.
Ce roman lumineux, mais grave aussi, car il aborde des sujets douloureux comme le deuil, la maladie ou l'exclusion, confie donc à un oiseau le soin de tisser le fi l de ces histoires. Un messager céleste pour des histoires de profonds chagrins, de bonheurs sans pareils, d'immenses peurs bleues et d'espoir rose bonbon.



Après avoir lu Le Restaurant de l'Amour Oublié, je me suis précipitée sur ce livre d'Ito Ogawa.
L'histoire commence lorsque Sumire, une vieille dame un peu fantasque, recueille des œufs d'oiseau. Avec l'aide de sa petite-fille Hibari, elle va s'en occuper et les faire couver dans son chignon. Un beau jour, l'un des œufs va éclore, libérant une perruche. Cet oiseau va symboliser le lien existant entre ces deux personnes, et son nom en est la parfaite représentation : Ruban.
Ruban va s'envoler, quittant Sumire et Hibari. Sur son chemin, il va rencontrer des personnes différentes, uniques, mais qui ont toutes en commun un même désespoir, un désabusement et un désenchantement. On s'immisçant dans leurs vies, Ruban va leur prouver que la joie est toujours là et que la vie vaut la peine d'être vécue.
Le Ruban confirme encore une fois la maîtrise et l'excellence d'Ito Ogawa. Elle a d'abord une écriture magnifique, très légère mais vraiment intense, qui décrit une histoire touchante. On a droit à plusieurs récits, plusieurs personnages, liés par une seule chose : un oiseau. Ces histoires n'en forment plus qu'une, très poétique, nuancée et captivante. J'ai été émerveillée par la beauté du livre, du début à la fin ! Ito Ogawa nous décrit des émotions très intenses, qui ne peuvent que nous toucher. Grâce à Ruban, on va naviguer de plaisir en émerveillement, on entre dans l'intimité des personnages, on peut voir leur peine, leur joie et toute une palette d'émotions. Le Ruban est non seulement une ode à la vie, mais aussi un message d'espoir et d'harmonie. Tout n'est pas toujours rose ou beau, mais on se rend compte que parfois il suffit d'une goutte d'eau pour de nouveau voir la beauté du monde.
Très délicat, très beau, j'ai vogué selon l'histoire des personnes que j'ai rencontrée, et je me suis vraiment sentie connectée à eux. Avec Le Ruban, Ito Ogawa a créé une œuvre magistrale, très poétique.
A lire impérativement !


Chronique en + : l'avis de La Bibli de Momiji !

16 commentaires:

  1. Ca a l'air d'etre un très joli roman plein de sensibilité. J'avoue que je ne connaissais pas du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le genre de lecture que l'on voit habituellement sur ton blog, mais je pense qu'il te plairait !

      Supprimer
  2. Effectivement ça à l'air très délicat et beau ! Comment tu le racontes c'est assez poétique en tout cas =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci c'est gentil ^^ ! C'est vraiment une excellente lecture en tout cas :)

      Supprimer
  3. Oh je suis friande de littérature japonaise vraiment sympa depuis que j'ai lu La formule préférée du professeur. Ta chronique me tente énormément! Je le note dans ma WL (Mais tu ne trouves pas qu'elle est assez grosse pour toi).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ton avis sur La formule préférée du professeur, qui m'a bien donné envie ! Du coup je pense que celui-ci te plairait :)

      Supprimer
  4. Ayant adoré le restaurant de l'amour retrouvé, je vais m'intéresser à ce livre ! merci pour l'info ! Bon week end!
    Claire belgato

    RépondreSupprimer
  5. Ça a l'air d'être un beau roman !
    Bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très beau en effet !
      Bonne semaine à toi également :)

      Supprimer
  6. Vilaine tentatrice! Vilaine! (Tu veux me rappeler que ça fait longtemps que je n'ai rien lu venant d'Asie hein, c'est ça?)

    RépondreSupprimer
  7. Je note de suite ! J'aime beaucoup la littérature asiatique abordant souvent des sujets difficiles avec une plume très poétique ou très crue au contraire mais toujours juste.

    RépondreSupprimer
  8. Je n'hésite pas davantage, direction ma¨PAL sans passer par la case liste d'envies ! Si ça ce n'est pas de la confiance absolue... :) Un grand merci !

    RépondreSupprimer
  9. Celui-là on me l'a offert cette année pour mon anniversaire. Je revois encore avec douceur et nostalgie ce petit oeuf gardé au chaud dans le chignon de la vieille dame. Quelle belle histoire...
    Bon weekend à toi

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !