24/09/2015

Le vaisseau ardent, de Jean-Claude Marguerite

Le vaisseau ardent

Jean-Claude Marguerite



LC avec La Tête dans les Livres et Bouchon des Bois.


Yougoslavie, fin des années cinquante. Dans un petit port de l'Adriatique, Anton et Jak, dix et onze ans, assouvissent leurs rêves de piraterie en volant des bijoux, de l'argent et des instruments de navigation sur les bateaux qu'ils astiquent pendant le jour - tout un butin qu'ils entreposent dans une cave laissée à l'abandon. Alors qu'ils doivent cesser leurs cambriolages, car pêcheurs et miliciens recherchent activement les voleurs du port, les deux garçons font la connaissance d'un ivrogne.
En échange d'alcool, le vieil homme leur raconte l'épopée du Pirate Sans Nom, un forban hors du commun qui aurait disparu sans laisser de trace, tout en emportant avec lui son trésor, le plus fabuleux de l'histoire de la piraterie. Pour Anton, ce qui n'est sans doute qu'une légende va devenir sa principale raison de vivre.
Devenu un pirate des temps modernes, un pilleur d'épaves, sa quête le mènera aux quatre coins de la planète, et il découvrira que derrière l'énigme du Pirate Sans Nom s'en cache une autre, bien plus ancienne, celle du Vaisseau ardent.



Merci à Jean-Claude Marguerite pour l'envoi de son livre !
En Yougoslavie, à la fin des années cinquante. Dans un petit port, deux enfants, Anton et Jack, rêvent de devenir pirates. Ils vivent leur rêve en volant des petits bijoux, de l'argent, qu'ils entreposent dans une cave laissée à l'abandon. Alors que des gens floués de leurs bijoux recherchent les voleurs, les jeunes garçons décident de cesser leurs chapardages. Entre-temps, ils rencontrent un ivrogne qui, en échange d'alcool, leur raconte l'histoire du Pirate Sans Nom, un des pirates les plus connus qui aurait disparu sans laisser de trace, avec un des plus gros trésors de la piraterie.

Anton, grisé par cette histoire, va devenir en grandissant un pilleur d'épaves, éperdu par la nécessité de découvrir et de comprendre l'énigme du Pirate Sans Nom. Au fur et à mesure de ses découvertes, il va découvrir une énigme encore plus ancienne : celle du Vaisseau Ardent.
Le Vaisseau Ardent est sans nul doute l'un des livres que j'aurais le plus tardé à finir ! Non pas parce qu'il est mauvais ou mal écrit. Non c'est plutôt qu'avec ses 1562 pages, il faut pouvoir s'y plonger. Et c'est en plus un livre très dense, très profond, avec une histoire gigantesque qu'il faut pouvoir assimiler. Je ne sais même pas comment parler correctement de ce livre... Pour commencer, je dirais que Le Vaisseau Ardent commence comme un récit d'aventures classiques : deux jeunes garçons qui rêvent d'être pirates et idolâtrent ce mode de vie (pour être honnête, je faisais pareil à leur âge !), mais l'histoire glisse ensuite de manière presque imperceptible vers une intrigue clairement plus fantastique, notamment lors de la deuxième partie et des découvertes autour du Vaisseau Ardent.
Jean-Claude Marguerite a clairement travailler son sujet, pendant des années, ce qui a conduit à faire du Vaisseau Ardent un récit très riche, avec une mythologie spectaculaire, influencée par les diverses légendes de la Piraterie. Beaucoup de références, beaucoup de cultures, un gigantesque pot-pourri qui fonctionne parfaitement ! Même si j'ai mis beaucoup de temps à finir ce pavé, ma lecture a été très intense : il m'a renvoyer à une époque où j'aurais donné tout ce que j'avais pour pouvoir aller courir les mers, j'ai été prise également par tous ces récits de piraterie, tous plus captivants les uns que les autres, et la psychologie des personnages n'a pas été négligée le moins du monde. Ils ont tous une particularité, des points forts et des faiblesses, une raison de se jeter dans l'aventure... Tous sont uniques et intéressants !
Le Vaisseau Ardent a été une lecture très intense, que je ne peux que recommander ! Malgré le nombre de page, n'ayez pas peur de vous y plonger : une fois pris au jeu, vous ne pourrez plus le lâcher !



Est-ce cela, grandir ?
Devenir étranger à soi-même, un autre si proche ?

Et si la réalité n'était qu'un écran où chacun projette son propre film ? De la même manière dont un chœur spontané finit par s'accorder, nous nous persuadons peut-être que nous assistons tous à la même séance. Comment le savoir ?



Chronique en + : l'avis de La Biblio de Koko !

19 commentaires:

  1. J'ai un peu de mal avec la SF comme toujours mais ton avis donne assez envie. Puis c'est assez intrigant d'etre en Yougoslavie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut se préparer à quelque chose d'assez particulier, sinon c'est pas mal du tout :)

      Supprimer
  2. Pour moi, ce truc est un grand classique dans son genre. Mais 1562 pages, ça me fait peur quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut avouer que c'est assez conséquent comme nombre de pages ;)

      Supprimer
  3. Je n'ai pas le temps de lire un pavés tel que celui-ci avec les sorties BD du moment (qui sont à la pelle) mais surement plus tard ! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viendrais voir tes chroniques BD, ca m'intéresse !

      Supprimer
  4. J'ai un peu peur quand même du nombre de pages xD votre LC a bien traîné haha :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne te le fais pas dire, le pauvre auteur :P !

      Supprimer
  5. Je pense qu'il faut se préparer un moment pour lire ce roman... Je le note, plusieurs fois j'ai tourné autour. Le nombre de pages fait forcement refléchir . Merci de cet avis...

    RépondreSupprimer
  6. Ouh la! Tant de pages? un peu effrayant!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si j'aime bien les pavés, ça m'a fait la même chose quand j'ai vu le livre ^^

      Supprimer
    2. Ah mais j'aime bien les pavés, mais ils nécessitent une grande préparation psychologique!! :)

      Supprimer
  7. Je ne suis pas très SF mais je note, ça devrait plaire à mon mec ! :)

    RépondreSupprimer
  8. il est dans ma WL depuis un moment mais j'ai peur qu'il soit un peu trop spécial pour moi, et vu le nombre de pages, j'ai encore plus peur! ^^

    RépondreSupprimer
  9. Quand je lis le résumé et ta chronique, j'ai très très envie de le lire! 1500 pages? Même pas peur! (ok, un peu quand même en fait ;) )

    RépondreSupprimer
  10. Et voilà, une fois encore je mords à l'hameçon, et plutôt deux fois qu'une, malgré le nombre de pages ! De toute façon j'adore les pavés, alors c'est parfait, merci :)

    RépondreSupprimer
  11. Quelle aventure ! Moi aussi, ça a fait appel à mes rêves d'enfant, j'ai toujours aimé les pirates et toutes ces légendes autour.
    Le récit est unique en son genre !
    Je te conseille le Déchronologue niveau piraterie-SF même s'il est moins complexe que celui-ci (mais quand même un peu !).

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !