19/10/2015

Les bébés de la consigne automatique, de Ryû Murakami

Les bébés de la consigne automatique

Ryû Murakami



Hashi et Kiku, deux bébés abandonnés dans une consigne de gare, passent leur petite enfance dans un orphelinat. On suit en parallèle les destins des deux frères, décrivant le mécanisme qui les pousse à revivre sans cesse le traumatisme de leur enfance, racontant comment ces enfants purs et attachants passent du statut de victimes à celui de bourreaux.


Après avoir lu Haruki Murakami, je découvre Ryû Murakami.
Hashi et Kiku sont deux enfants, qui ont été abandonnés par leurs mères alors qu'ils étaient encore bébés. Ils n'ont pas été laissé sur les marches d'une église, comme dans beaucoup d'histoires : ils ont été enfermés dans des consignes automatiques, et seule la chance leur a permis d'en sortir vivants et d'avoir été sauvés. Ils ont grandis dans le même orphelinat, ont été adoptés par le même couple... Après un début de vie désastreux, on pourrait penser que la chance va enfin leur sourire.
Mais cet abandon, les années de vie en orphelinat ont laissés des traces impérissables sur ces deux âmes. Et ces cicatrices vont les conduire à faire des choix, à des pensées, à explorer différents chemins.
Autant vous prévenir tout de suite, Les bébés de la consigne automatique est un livre où il faut prendre le temps de rentrer, les 50 ou 100 premières pages peuvent être déstabilisantes. Et le reste de ce pavé peut également surprendre, car il dégage une atmosphère particulière, pour le moins angoissante et étouffante. Très déstabilisant, très sombre, on ne peut pas dire que Ryû Murakami nous fasse nous sentir bien ! Mais c'est précisément ce que j'ai aimé : il nous décrit une société de consommation, pas très différente de la nôtre, malgré le fait que l'intrigue commence dans les années 1980. De nombreux éléments proviennent de son imagination, mais cela ne fait qu'alimenter la réalité de l'histoire. Les bébés de la consigne automatique est d'abord une histoire tragique, le drame qu'ont vécu Hashi et Kiku va les suivent et les marquer tout au long de leur vie. Tout le livre va être marqué par un profond désespoir, mais aussi par un individualisme et une indifférence à toute épreuve. C'est chacun pour soi, et seul compte le profit. C'est donc un discours très fataliste et très morose que va tenir Murakami dans Les bébés de la consigne automatique !
J'étais prévenu de cet aspect noir, très sombre, et cela n'a pas été une surprise pour moi. J'ai pu rentrer dans l'histoire assez rapidement, et tourner les pages avec avidité, pour voir les prochains coups du sort (Jedusor ? OUI, si je veux, je peux faire des petits jeux de mots avec Harry Potter !).
Chaos, destruction, drame, le tout servi par une plume peu conventionnelle, je peux dire que Les bébés de la consigne automatique s'est révélé une lecture prenante et que je n'en resterais pas là avec Ryû Murakami. Est-ce que vous connaissez ? N'hésitez pas à me donner des titres et vos romans préférés !



Chronique en + : l'avis de Geekette !

11 commentaires:

  1. meme si il faut un peu de temps pour rentrer dans l'histoire il semble que tu ais passé un bon moment. merci de la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon moment je ne sais pas (l'histoire est quand même très sombre), mais intéressant ça c'est sûr :) !

      Supprimer
  2. Merci pour la découverte, je note !

    RépondreSupprimer
  3. On a toujours le droit de faire des jeux de mots en rapport avec Harry Potter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merciii je suis contente que tu me soutienne ;) !

      Supprimer
  4. Je te recommande Bleu presque transparent ou Love & Pop de cet auteur, je l'adore! :)
    J'avais essayé de lire celui-ci, mais j'avais un peu moins accroché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a souvent conseillé Bleu presque transparent, donc je crois que que ça va être le prochain sur lequel je vais craquer ;) !

      Supprimer
  5. Ouh là, ça m'a l'air bien particulier, pas sûre que je tenterais mais on ne sait jamais! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en effet très particulier.... Il faut bien le sentir pour y aller ;) !

      Supprimer
  6. J'ai plusieurs Ryû Murakami mais pas celui-là ! Le premier que je compte sortir de mes étagères sera sans doute "Chansons populaires de l'ère Showa"... Et s'il ne me plaît, je me laisserais tenter par celui que tu viens de nous présenter, merci :)

    RépondreSupprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !