10/03/2016

La maison dans laquelle, de Mariam Petrosyan

La maison dans laquelle

Mariam Petrosyan





Dans la Maison, vous allez perdre vos repères, votre nom et votre vie d'avant. Dans la Maison, vous vous ferez des amis, vous vous ferez des ennemis. Dans la Maison, vous mènerez des combats, vous perdrez des guerres.
Dans la Maison, vous connaîtrez l'amour, vous connaîtrez la peur, vous découvrirez des endroits dont vous ne soupçonniez pas l'existence, et même quand vous serez seul, ça ne sera jamais vraiment le cas. Dans la Maison, aucun mur ne peut vous arrêter, le temps ne s'écoule pas toujours comme il le devrait, et la Loi y est impitoyable.
Dans la Maison, vous atteindrez vos dix-huit ans transformé à jamais et effrayé à l'idée de devoir la quitter.



Merci à Monsieur Toussaint Louverture !
La Maison est un grand pensionnat, accueillant des enfants et des adolescents pas ordinaire : inadaptés à la société, abandonnés par leurs parents, cabossés ou infirmes... On ne peut pas dire que le monde extérieur les ait gâtés ou ait été tendres avec eux, alors ils ont construits leur monde à eux à l'intérieur de la Maison. Malheureusement, tout adolescent qui atteint l'âge de 18 ans doit abandonner ce refuge et repartir à l'extérieur. La maison dans laquelle nous présente une histoire construite autour de plusieurs personnages, en alternant l'enfance des Anciens avec leur dernière année dans la Maison. L'immersion à cet univers si particulier se fait peu à peu, et on ne peut plus en ressortir ! Plus qu'une histoire d'enfermement ou d'amitié, La maison dans laquelle est davantage l'histoire d'une communauté : il y a les rites et les codes, une véritable mythologie, et surtout la rivalité et la fraternité, les différences, la vie en collectivité, l'amitié, l'amour... L'imagination et l'histoire compose une grande partie de l'identité des habitants de la Maison, qui a son propre vécu. Les habitants extérieurs et les adultes sont perdus, peu présents et secondaires dans cette histoire. Les personnages principaux sont tous ces jeunes cabossés, chacun différents mais qui ont pourtant énormément en commun.
Les personnages sont le point fort de ce récit complexe. Je me suis attachée à eux, je les ai vus grandir et évoluer, mais surtout vivre. Comment ne pas les aimer ? Fumeur, Sphinx, l'Aveugle... Ils sont tous charismatiques et touchants, Mariam Petrosyan les a décrits avec sobriété mais beaucoup de talent.
En parlant de Mariam Petrosyan, je tiens à saluer son travail, la qualité de son écriture et la richesse en son imagination. J'ai été soufflée du début à la fin, et j'en redemande ! Il m'est impossible de lui arriver à la cheville et de mettre des mots sur les émotions qui m'ont animés tout au long de la lecture de ce pavé de 1000 pages. En refermant La maison dans laquelle, je me suis demandé comment j'allais bien pouvoir en parler. Eh bien, cela m'est impossible ! Je dirais juste que cette lecture a été un coup de cœur, une grosse claque et un émerveillement total.
Il faut vivre en même temps que la Maison et ses occupants, se perdre dans les couloirs, écouter les contes et autres mythes chuchotés la nuit ou graver sur les murs. Les générations qui passent entre ces murs ne font que rajouter des histoires, rien ne se perd ou s'oublie, mais parfois cela se cache dans certains endroits secrets. Il ne faut pas avoir peur de s'y plonger, car on en revient transformer !
A première vue désordonné ou extravagant, La maison dans laquelle est un récit très riche, où la vie semble avoir plus de couleurs. C'est un livre très épais, mais dont je vous recommande absolument la lecture ! Personnellement, je n'en suis pas ressortie indemne...
Un coup de cœur, une lecture obligatoire !



- C'est bien toi, mais en partie seulement, pas complètement.
Disons que c'est toi, déformé par ta propre perception. Dans les miroirs,
nous sommes toujours moins bien qu'en réalité, tu n'as pas remarqué ?


- Un sourire, mon petit, c'est ce qu'il y a de meilleur chez l'homme.
Tu n'es pas vraiment un homme tant que tu ne sais pas sourire.


Les mots qui sont prononcés ont toujours un sens,
même quand tu ne veux rien dire.



Chronique en + : l'avis de La Librairie Fantastique !






Challenge : 50 romans en 2016

29 commentaires:

  1. j'avoue qu'à commencer par le résumé, l'histoire semble vraiment intrigante et ton avis ne fait que renforcer ça ! Je suis très curieuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre vraiment intrigant, et surtout qui tient ses promesses (en ce qui me concerne du moins, j'espère qu'il te plaira aussi :) !)

      Supprimer
  2. Ohh ça a l'air original et super prenant, je mets dans ma wishlist ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça : original et surprenant. J'espère qu'il te plaira :) !

      Supprimer
  3. Oulalala ça donne envie ! Je sens qu'il va vite rejoindre ma pal ce coquinou-là !

    RépondreSupprimer
  4. Coucou, ta chronique m'intrigue beaucoup dis donc. Hop Hop +1 dans la WL!!! Mais j'attendrais sa sortie poche car généralement je lis les contemporains sous ce format là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que si je ne l'avais pas reçu, j'aurais attendu aussi la sortie en poche ;) ! Mais si ça t'intéresse, je peux te le prêter !

      Supprimer
  5. C'est un livre que j'avais vu passer mais ta chronique est la première sur laquelle je prends le temps de m'arrêter. Un titre intriguant et un avis qui l'est tout autant! Un titre supplémentaire que tu me fais noter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que te le conseiller, c'est une petite pépite :)

      Supprimer
  6. Ta chronique est superbement bien écrite et donne envie de se plonger dans ce récit ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci <3 ! J'espère que tu ne sera pas déçue !

      Supprimer
  7. Je l'ai gagné mais je l'ai pas encore reçu :-(
    J'espère que ça va s'arranger et que je vais pouvoir le lire bientôt car ça me donne très envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh j'espère que tu le recevra vite ! J'ai hâte d'avoir ton avis dessus :)

      Supprimer
    2. Il me reste une centaine de pages, et je comprends mieux ta difficulté à parler de ce livre... je prépare déjà mon article et je ne sais pas quoi écrire tant il y a dire et tant le récit est incroyablement dense...

      Supprimer
  8. Une découverte que je note mercii pour ta chronique je ne connaissais pas du tout ce roman, j'adore ce genre d'histoire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi si tu le lis :) !

      Supprimer
  9. Ça ne va pas de conclure une chronique par "une lecture obligatoire"! Tu sais pourtant que je suis faible moi!

    RépondreSupprimer
  10. Quel enthousiasme ! Et communicatif avec ça ! Tu as encore gagné, mais c'est pas du jeu avec une chronique aussi irrésistible, merci :)

    RépondreSupprimer
  11. Oh, il m'a l'air très différent ce ce que je peux lire habituellement, mais je ne sais pas, à "t'écouter" en parler je n'ai qu'une envie, me plonger dedans. Je me le note et le souligne, en attendant de le croiser au détour d'une librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette ! J'espère qu'il te plaira :)

      Supprimer
  12. Je me demandais si j'allais l'acheter ou non mais vu ton avis, je ne peux que me laisser embarquer dans cette histoire qui a l'air époustouflante ! Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien, j'espère qu'il te plaira :) !

      Supprimer
  13. Une lecture tentante avec un roman qui repose sur la force de ses personnages. J'aime beaucoup quand les caractères sont bien développés. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du côté des personnages, tu va être servie :) !

      Supprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !