08/09/2018

The Iron Covenant, Tome 1, de Ilona Andrews

The Iron Covenant, Tome 1
Iron and Magic


Ilona Andrews







Hugh d'Ambray, Preceptor of the Iron Dogs, Warlord of the Builder of Towers, served only one man. Now his immortal, nearly omnipotent master has cast him aside.
Hugh is a shadow of the warrior he was, but when he learns that the Iron Dogs, soldiers who would follow him anywhere, are being hunted down and murdered, he must make a choice : to fade away or to be the leader he was born to be. Hugh knows he must carve a new place for himself and his people, but they have no money, no shelter, and no food, and the necromancers are coming. Fast.
Elara Harper is a creature who should not exist. Her enemies call her Abomination; her people call her White Lady. Tasked with their protection, she's trapped between the magical heavyweights about to collide and plunge the state of Kentucky into a war that humans have no power to stop. Desperate to shield her people and their simple way of life, she would accept help from the devil himself—and Hugh d'Ambray might qualify.
Hugh needs a base, Elara needs soldiers. Both are infamous for betraying their allies, so how can they create a believable alliance to meet the challenge of their enemies?
As the prophet says: “It is better to marry than to burn.”
Hugh and Elara may do both.



Depuis le temps que j'attendais ce livre !!
Hugh d'Ambray est le Précepteur des Iron Dogs, Seigneur de Guerre de Roland. Il l'était du moins... Suite à son échec avec Kate, le Bâtisseur de Tours a rejeté Hugh, le vidant de ses pouvoirs et de sa connexion avec lui. Vidé, brisé, Hugh n'est plus que l'ombre de lui-même et passe son temps à se soûler. Jusqu'à ce qu'il apprenne que ses soldats, les Iron Dogs, sont poursuivis et exterminés. Un choix s'offre à lui : soit rester une épave, soit se ressaisir et devenir un homme à part entière, hors de la zone de confort qu'il occupé précédemment.
Hugh d'Ambray, pour le meilleur et pour le pire, décide de devenir un véritable leader et de prendre soin de ses hommes. Seulement voilà : ils sont pourchassés par des ennemis puissants, ils n'ont pas de base, pas d'argent et pas de soutien... Jusqu'à ce qu'on le mette en contact avec Elara Harper, une femme pour le moins hors-norme. Comme Hugh, Elara est au pied du mur : elle a un château et des gens à protéger, mais pas d'armée. Alors, pour brouiller les pistes, Hugh et Elara vont devoir s'allier, que ce soit avec les liens du mariage aussi bien qu'en partageant leurs ressources. Seulement voilà, ce sont deux personnes puissantes, différentes, et plus que méfiants l'un envers l'autre. Il ne sera pas dit que cette association les laissera intacts !
Iron and Magic est le premier tome d'une série, The Iron Covenant, consacrée à Hugh d'Ambray, un des personnages secondaires de Kate Daniels. Hugh d'Ambray, c'est typiquement ce genre de anti-héros qu'on aime et déteste à la fois. Lorsque nous le rencontrons dans Kate Daniels, c'est un connard : puissant, arrogant, dévoué corps et âme à Roland, sans aucun remords par rapport à ses actes. Dans Iron and Magic... Eh bien, c'est toujours un connard ! Mais un connard qu'on apprend à apprécier davantage, qu'on voit évoluer un peu... Ilona Andrews à réussit l'exploit de nous offrir un personnage toujours aussi sombre et ambivalent, mais quand même attachant – parfois ! On le voit réfléchir à ses actes, à ses actions passées, à sa relation avec Roland, à ce qui l'opposait à Kate...
Au départ, Ilona Andrews a émis l'idée de cette nouvelle série comme une boutade, une blague aux lecteurs. Sauf que les lecteurs ont sautés sur l'idée, qu'ils ont réclamés à corps et à cris – moi inclus. Franchement, on ne peut pas passer à côté d'une idée pareille ! Le monde décrit dans Kate Daniels est incroyablement riches, et le nombres de personnages secondaires qui méritaient leur propre histoires sont nombreux. On a eu droit à quelques nouvelles du point de vue de Curran, de Dali, le début d'une nouvelle série avec Julie et Derek (dont j'attends toujours la suite d'ailleurs !), ils nous offrent aujourd'hui une histoire avec Hugh d'Ambray, une histoire que j'ai accueillie avec des hurlements barbares de joie.
Dans Iron and Magic, on retrouve tout ce que j'aime : une intrigue menée tambour battant, un univers riche et passionnant, des personnages complexes... Et bien plus encore ! Hugh d'Ambray est sans conteste un des personnages les plus complexes de la série : même si son lien avec Roland est brisé, il reste puissants, a été élevé pour être un seigneur de guerre et donne du fil à retordre à ses ennemis. Sa soif de sang et de bataille est toujours présente, il déchiquette à tour de bras, jure, repousse les personnes autour de lui, il est arrogant, dominateur... Mais on peut toutefois se sentir désolé pour lui et apercevoir de temps à autre une lueur sous sa carapace : il se soucie des Iron Dogs, il se soucie du peuple d'Elara, d'Elara elle-même, se questionne par rapport à lui, sa place dans le monde, par rapport à Roland et Kate... De son côté, Elara est une femme très intrigante. On se pose énormément de questions sur elle et ses capacités, et elle dévoile très peu de choses. Mais on ne peut que s'y attacher, et sa relation pour le moins piquante et conflictuelle avec Hugh est l'une des meilleures choses du roman ! Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, tiens tête à Hugh et lui en fait voir de toutes les couleurs. Un régal ! J'ai été ravie d'en savoir plus sur les Iron Dogs : apercevoir les frères d'armes de Hugh permet de voir ce personnage sous une autre facette. De même, j'ai été ravie de revoir quelques personnages secondaires de Kate Daniels, ce qui permet de relier cette nouvelle série à la série principale.
Iron and Magic est excellent du début à la fin, et j'en redemande ! Les pages tournent toutes seules, et je remercie que ce livre soit en Anglais : j'ai pu ainsi le lire en 4 jours, le savourer, au lieu de le dévorer en deux jours.
La suite, la suite !





Some people in the world only saw in black and white.
They were driven by fear. They had learned how to survive
in their little corner of the world and they saw any change as a threat 
to their survival. But they still liked to think of themselves as good people. 
Good people didn't hate without a reason, so they grasped at any pretext, no 
matter how small, that gave them permission to hate. A line in a holy book. 
The color of a person's skin. The brand of their magic. They were not in the habit 
of taking a second look or giving chances. Their fear was too great and their need 
to defend themselves too dire. They always lost at the end.





Chronique en + : l'avis de Livrement vôtre et Betweendandr !

10 commentaires:

  1. Il était très sympa ! En plus il est assez important à lire avant le dernier Kate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant, j'ai encore PLUS envie de lire le dernier tome de Kate Daniels :D !!!

      Supprimer
  2. Il faut absolument que je me remette à l'anglais moi ^_^

    RépondreSupprimer
  3. J'attends de lire le tome 9 de Kate avant de m'attaquer à celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte d'avoir ton avis sur ces deux livres ;)

      Supprimer
  4. Il faut d'abord que je commence les Kate Daniels je pense ahah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille les Kate Daniels à 100% ;) ! Et c'est effectivement mieux de commencer par eux !

      Supprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !