05/04/2021

Fantômes, de Christian Kiefer



Fantômes - Christian Kiefer





Albin Michel
03 Mars 2021
22.90 €










Été 1945 : lorsque le soldat américain d'origine japonaise Ray Takahashi rentre du front, personne n'est là pour l'accueillir en héros sur les terres de son enfance, dans le nord de la Californie. Ses parents, après avoir été expulsés et enfermés au camp de Tule Lake, vivent désormais à Oakland. Mais Ray veut comprendre pourquoi leurs anciens voisins et amis ont coupé les ponts avec eux. C'est à ce moment-là qu'il disparaît sans laisser de traces.
Printemps 1969: de retour du Vietnam, et hanté par les fantômes de la guerre, John Frazier cherche son salut à travers l'écriture d'un roman. En s'emparant accidentellement du destin de Ray, le jeune écrivain ignore tout des douloureux secrets qu'il s'apprête à exhumer.
En revenant sur l'histoire méconnue de dizaines de milliers de Nippo-Américains internés dans des camps après l'attaque de Pearl Harbor en 1941, Christian Kiefer tisse un drame familial poignant et lumineux, qui interroge notre rapport intime à la mémoire et au passé.




TW : violence, mort, guerre.






J'entends parler de Christian Kiefer depuis la parution de son premier roman, Les animaux, en 2017, mais je n'avais jamais pris le temps de m'y plonger. Je découvre enfin cet auteur, grâce à son deuxième roman, Fantômes et je dois dire que c'est une excellente découverte !
Fantômes est un récit en deux temps. Il y a d'abord la vie de Ray Takahashi en 1945 et son retour en Californie après la guerre ; il n'y a personne pour l'accueillir, et apprend que sa famille a été expulsée et loge maintenant dans un camp... Ray veut désespérément comprendre pourquoi leurs anciens amis ont coupés les ponts avec eux. Il y a ensuite la vie de John Frazier en 1969, et qui revient également de la guerre – celle du Vietnam pour lui. Il est hanté par la guerre, flirte dangereusement avec l'alcool, et tenter de se reconstruire en écrivant un roman.
John Frazier va entendre parler de la disparition de Ray Takahashi lorsqu'il emmène sa tante, Evelyn Wilson, voir Kiriko Takahashi. Pour situer plus précisément, Evelyn Wilson et Homer Wilson sont les anciens voisins de la famille Takahashi, et ceux qui leur ont tournés le dos... Les Wilson sont propriétaires de terres fruitières, et engagent régulièrement des personnes pour les aider. De son côté, Hiro Takahashi – le père de Ray – est un ouvrier agricole qui s'est retrouvé embauché par Homer Wilson ; les deux hommes sont devenus amis, leurs enfants ont grandis ensemble. En mai 1942, les Takahashi sont forcés de rejoindre le camp d'internement de Tule Lake, et y resteront jusqu'à la fin de la guerre. Donc, en suivant sa tante qui veut parler avec Kiriko Takahashi, John Frazier va se retrouver pris dans un amas de secrets, de non-dits et de drames. Pourquoi Evelyn veut-elle parler à Kiriko après tant d'années ? Qu'est-il advenu de Ray, rentré vivant de la guerre mais dont la famille était persuadée qu'il était mort ?
Avec Fantômes, Christian Kiefer nous entraîne dans la vie de deux hommes brisés par la guerre. Ray Takahashi doit en plus faire face à la trahison de personnes qu'il appréciait et respectait, le tout dans une atmosphère de racisme envers les Japonais – même les Japonais vivant en Amérique depuis plusieurs générations et ce qui a contribué à créer des endroits comme les camps de Tule Lake. Et du côté de John Frazier, il porte le poids d'une erreur terrible commise pendant la guerre du Vietnam, une incapacité à reprendre une vie « normale ». Pour lui, heureusement qu'il peut compter sur le soutien et l'amour de sa grand-mère, alors que Ray était seul en rentrant de la guerre...
Fantômes est un roman très dur, surtout pour les différents aspects historiques : Christian Kiefer va aborder le sujet de deux guerres (la Seconde Guerre Mondiale et le Vietnam), ainsi que l'internement des Nippo-américains.
Si la 2ème Guerre Mondiale et la guerre du Vietnam sont des sujets historiques malheureusement connus, je trouve que cet éloignement et enfermement des civils ressortissants japonais et américains d'origine japonaise n'est peut-être pas autant « représentés ». Au cours des cours du collège et du lycée, je me souviens que le sujet a été mentionné – mais de façon très rapide. Et dans les romans que j'ai pu lire, ou les films et séries que j'ai pu voir, je peux compter sur le doigts d'une main ceux qui abordent ce sujet. Mais il est vrai qu'il doit exister des essais et documentaires plus complets : il faudra que j'approfondisse ce sujet car, après tout, c'est en s'informant sur de tels sujets qu'on peut éviter que cela se reproduise. Espérons-le ! Car l'internement des Nippo-américains concerne environ 120 000 civils, qui ont dû quitter leurs maisons, travail, et environnement familier pour se retrouver entassés dans des centres de relogement éloignés, précaires, et souvent insalubres. Outre ces camps, les mesures discriminatoires comptent également des couvre-feu, le blocage des comptes bancaires, et le tout dans une atmosphère raciste et insultante. Et tout cela en se basant sur l'origine des personnes, peu importe depuis combien de temps ces personnes habitaient aux États-Unis...
Christian Kiefer campe des personnages émouvants, sensibles et très touchants – à quelques exceptions près, comme Evelyn Wilson que j'aurais bien secouée comme un prunier à quelques occasions ! Ray et John sont particulièrement frappants et bouleversants, des personnages qui vont me rester longtemps en mémoire.
Donc, je vous conseille VIVEMENT de lire Fantômes ! Je vais pour ma part me lancer très prochainement dans une lecture de Les animaux.








Chronique en + : l'avis de Thedude524 !

8 commentaires:

  1. J'ai l'impression que ce sujet est à la mode en ce moment, non ? j'ai l'impression de le voir partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est à la mode... Mais ce serait peut-être une bonne chose, c'est un sujet qui doit vraiment être mis en avant - spécialement après toutes les années à le passer sous silence.

      Supprimer
  2. C'est un thème qui m'attire un peu moins mais contente de voir que tu as passé un bon moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment un livre dur mais qui transporte !

      Supprimer
  3. Je le note parce que je n'ai jamais rien lu qui aborde cette thématique de l'internement des Nippo-américains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ce roman te plaira autant qu'à moi, je suis curieuse d'avoir ton avis dessus !

      Supprimer
  4. Je ne me serai pas retournée vers ce livre, mais tu m'as donné envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aah, je suis contente d'avoir réussir à t'interpeller ♥ !

      Supprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !