18/04/2019

Fille de l'eau, de Emmi Itaranta

Fille de l'eau - Emmi Itaranta



Presses de la Cité
08 Janvier 2015
18.00 €





Noria est encore adolescente quand elle est nommée maître du thé de son village.
Dans un monde qui tente de se relever d'une guerre qui a épuisé les réserves d'eau potable, la jeune fille est à présent garante des traditions d'un temps révolu et protectrice d'une source secrète que sa famille protège depuis toujours. Mais bientôt, les militaires de la Nouvelle Qian - le gouvernement qui régit la société - décident d'enquêter sur l'apparente abondance des ressources d'eau du village.
Alors que l'eau se fait de plus en plus rare, Nora devra faire un choix : se battre ou coopérer...






J'ai découvert Emmi Itaranta grâce à son roman paru en 2017 et intitulé La Cité des Méduses. C'est un livre qui est resté assez « confidentiel », et qui n'a pas toujours eu de bonnes critiques. Pourtant, ça été un gros coup de cœur de mon côté ! Curieuse, j'ai décidé de regarder si l'auteure avait écrit d'autres romans, et ça été le cas avec Fille de l'eau, paru en 2015. Fille de l'eau a donc intégré ma PAL numérique vers février 2017... Et il y est resté un bon moment à ma grande honte ! Jusqu'à ce que le challenge des Douze Thèmes et le thème du mois d'avril ne me décide à me plonger (ENFIN) dans cette lecture !
Notre monde, dans le futur. La guerre a modifié tout ce que nous connaissons, laissant de vastes zones inhabitées, mais surtout a épuisé pratiquement toutes les ressources d'eau potable. Noria est une adolescente, qui suit les traces de son père et qui apprend auprès de lui tout ce qu'il faut pour devenir Maître du Thé. C'est une position importante, qui donne droit à certains passe-droits, spécialement sur l'eau. Presque prête à passer l'épreuve pour déterminer si oui ou non elle sera intronisée Maître, Noria apprend des choses troublantes. Déjà sur une source d'eau secrète protégée depuis des générations, mais aussi sur son onde, en découvrant de vieilles cassettes audio dans une décharge.
Devenue Maître du Thé à la suite de son père, Noria va voir un accroissement de la population de soldats dans le village. Intrigués et suspicieux quant à l'apparente abondance d'eau, les militaires et le gouvernement font pression pour découvrir les secrets de Noria et de sa famille...
Fille de l'eau est un récit que j'ai trouvé très marquant, et très actuel : l'homme détruit son monde, et ce n'est qu'une question d'années avant que la Terre ne soit définitivement souillée. Qu'allons-nous devenir lorsque les espèces animales seront pratiquement toutes éteintes ? Que les lacs seront desséchés, les glaciers fondus, et les nappes d'eau phréatiques polluées ? Comment allons-nous vivre ? Emmi Itaranta nous livre donc une histoire sombre, un roman écologique bouleversant et qui montre un futur possible de l'homme. Et j'ai retrouvé la plume d'Emmi Itaranta qui m'avait bouleversée dans La Cité des Méduses, une plume sensible, poétique, bouleversante. Cela donne à la Fille de l'eau une ambiance particulière et magnifique !
Je préfère prévenir : ne vous attendez pas à un rythme effréné, au contraire. C'est une histoire qui se déroule lentement, doucement, qui vous emporte. Il n'y a pas dix rebondissements à la minute ou de grandes révélations spectaculaires. Fille de l'eau est un récit doux, parfois lent, mais qui cache sous une surface calme beaucoup plus qu'on ne pouvait s'y attendre. Comme une rivière qui paraît calme et tranquille, mais avec un courant très fort en-dessous...
Ce n'est pas un coup de cœur contrairement à La Cité des Méduses mais c'est un livre que je recommande chaudement, spécialement pour son message écologique, mais surtout pour la plume magnifique d'Emmi Itaranta !






Le silence n'est pas quelque chose d'immatériel ou de vide,
une parenthèse qui enchaînerait des choses inoffensives.
Souvent, il recèle des forces capables de tout briser.





Les secrets dévorent les liens entre les gens. Parfois, nous croyons qu'ils
peuvent en créer : il suffit de laisser autrui pénétrer dans la chrysalide de
silence que le secret a tissé en nous, et nous n'y sommes plus seuls.






Chronique en + : l'avis de Alice Neverland !

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout, mais ça a l'air très intéressant d'autant qu'en fan de thé, une héroïne maître de thé, ça attise tout de suite ma curiosité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse d'avoir ton avis dessus du coup :) !

      Supprimer

Vous êtes bien sur la messagerie du Chat, merci de laisser une petite patte de votre passage !